L’immobilier après le coronavirus

Les précédentes crises immobilières nous ont permis de savoir comment fonctionne le marché et quels sont les problèmes. Cependant le scénario se répétait avant le coronavirus, les taux d’intérêts atteignaient un seuil plancher. Cependant le nombre de ventes et d’acquisitions était élevé donc le marché était stable. L’immobilier après le coronavirus va être amplement impacté mais de quel manière ? Voici quels seront les changements dans le marché de l’immobilier et au niveaux des prêts bancaires.

l'immobilier coronavirus

Les changements dans le marché de l’immobilier après le coronavirus

Achat de maisons en dehors des villes à cause du coronavirus

Où avez-vous le plus de risque d’attraper un virus transmis par l’être humain ? Là où il y a le plus de monde, donc dans les grandes villes. L’ensemble des français ont fait ce constat lors de l’actuelle crise du coronavirus et certains se sont empressés d’aller dans une maison de famille à la campagne.

De plus le confinement a permis de mettre en lumière la qualité de vie des personnes habitant à la campagne en comparaison aux petits appartements des grandes villes. En cas de crise, vivre en campagne éloigné de tout permet d’y échapper car il y a moins de risque d’être affectée par la crise. Il y a plus de loisirs, l’air est plus pur et il est possible d’être dehors dans son jardin ou son terrain sans avoir d’attestions de déplacement.

Certes nous sommes en plein milieux de la crise du coronavirus mais les conséquences sont certaines sur la psychologie commune. Beaucoup en auront assez de vivre dans des petits espaces et préféreront s’éloigner des villes. Avoir son propre terrain pour profiter de l’extérieur sera en vogue et le marché de l’immobilier des maisons de campagne va exploser pour toutes ces raisons.

Frilosité des acquisitions

Quel est le pourcentage de personnes qui ont perdu de l’argent pendant la crise du coronavirus ? 90% ? 95% ? Personne ne le sait mais il est évident que ce pourcentage est proche de 100%

Après une perte d’argent et avec de grandes incertitudes sur l’avenir, les investissements sont en berne. Le secteur de l’immobilier après le coronavirus n’échappera pas à cela. Les investisseurs n’oseront pas investir par peur de l’avenir. Les particuliers souhaitant acheter une résidence principale attendront également pour la même raison. De plus l’énorme perte de revenu des foyers français entrainera une volonté d’épargner plus grande, et donc ralentira les investissements.

Le nombre des acquisitions sera en chute libre (il est actuellement de 0 en plein cœur du confinement) pendant plusieurs mois. La frilosité des acheteurs pour acquérir un bien immobilier après le coronavirus sera au plus haut depuis des années. Beaucoup ayant eu le projet d’acheter avant le coronavirus feront marche arrière ou reporteront en attendant de voir comment nous allons nous sortir de cette crise.

Augmentation des ventes immobilières après le coronavirus

Hausse des ventes de maisons à la campagne, frilosité des acheteurs et inquiétude de l’avenir : augmentation du nombre de biens à la vente. Comment expliquer cela ?

Si vous perdez de l’argent alors vous souhaitez vendre vos biens pour pouvoir épargner afin de vous sécuriser. Alors de nombreux français souhaiteront mettre à la vente leur résidence principale ou certains de leurs investissements locatifs. Les acquisitions seront mises sur pause alors les biens immobiliers mis à la vente ne seront pas achetés.

L’évolution des prix de l’immobilier après le coronavirus

La grande question que l’ensemble des investisseurs se pose est de savoir comment évoluera le prix de l’immobilier après le coronavirus. Une baisse flagrante des prix car personne n’aura envie d’acheter ? Une hausse fulgurante car beaucoup voudront acheter une maison avec terrain ? Une évolution normale car l’économie repartira comme avant la crise du coronavirus ?

Dans ces trois scénarios, le plus probable est sans doute une hausse des prix car le marché de l’immobilier sera en berne. Avant la crise il y avait plus d’acquéreurs que d’acheteurs donc les prix augmentaient fortement. Il était également facile d’accéder à un emprunt avec des taux d’intérêts extrêmement bas. Après la crise du coronavirus, l’immobilier sera fortement impacté car il s’agit d’un marché de confiance. De plus les banques seront plus frileuses à prêter et les taux d’intérêts repartiront naturellement à la hausse car il n’est pas possible qu’il descende plus bas que maintenant.

Le prêt immobilier après le coronavirus

L’évolution des taux d’intérêts

L’une des raisons pour laquelle le marché de l’immobilier se portait bien avant le coronavirus était du aux taux d’intérêt très faibles. En effet les taux était compris entre 0,9% et 1,4% pour des durées de 15 à 25 ans. Les banques seraient actuellement en processus pour remonter les taux à des niveaux plus hauts qu’avant la crise d’après le magazine Challenges. Ce serait l’une des remontées les plus fulgurante depuis des années.

L’évolution des assurances d’emprunt

Peu d’initié à l’immobilier connaissent le principe de calcul de l’assurance de prêt. Il est identique à celui du taux d’intérêt et le plus important est qu’il est généralement proche de celui-ci. En effet le prix de l’assurance peut doubler le montant de vos intérêts en fonction de votre âge et de votre santé. Des critères comme la cigarette était pris en compter comme négatif mais nous pensons que d’autres critères de santé vont être mis en place. Les scientifiques ont découvert que de nombreux facteurs aggrave la mortalité si vous attrapez le coronavirus.

Aujourd’hui si vous êtes fumeur alors le taux d’assurance de prêt prend environ 20%. Alors pourquoi les banques ne préconiseraient pas de faire évoluer le taux en fonction de votre poids ? Le gouvernement doit être vigilent sur ce dossier sensible.

Le nombre de prêts accordés et leurs durées

Avant la crise du coronavirus, vous pouviez emprunter sur 25 ans pour un achat immobilier. Personne ne soupçonnait qu’une telle crise sanitaire affecterait autant le monde et donc la France. Tout ce que nous connaissons va évoluer et notamment la durée de remboursement des prêts immobiliers.

Lorsque vous contracter un emprunt, vous devez obligatoirement souscrire à une assurance décès et invalidité. Celle-ci permet de vous sécuriser et de sécuriser votre famille en cas de gros pépin de santé. Sauf que maintenant les assurances ajoutent une ligne de risque à leurs contrats avec le risque de pandémie mondiale. Les banques seront également en sursis après la crise du coronavirus et obligeront certainement leurs clients à emprunter moins et sur une durée plus courte pour préserver leurs fond de roulement.

Notre avis

Nous ne sommes pas très optimiste sur l’avenir de l’immobilier en France après le coronavirus. L’ensemble des facteurs sont au rouge même si certains secteur s’en sortiront bien. La vente de maison en campagne ou en banlieue sera propulser tandis que la vente de petits appartements peu lumineux va s’effondrer. Notre avis sur l’immobilier après le coronavirus :

  • Le marché de l’immobilier fortement impacté
  • Les taux d’intérêts en hausse
  • Les taux d’assurances en hausse
  • Limitation du nombre de prêts accordés
  • Baisse de la durée maximale de remboursement